En France, l’édition jeunesse a une fâcheuse tendance à effacer les héroïnes racisées [Slate]

«Je ne sais pas ce qu’il se passe dans la tête des éditeurs mais j’ai bien l’impression qu’encore aujourd’hui, beaucoup pensent que ne pas avoir une personne blanche en couverture va faire baisser les ventes», estime Delphine. Cette blogueuse littéraire ne cache pas son ras-le-bol devant la couverture de Un été à emporter, un livre signé Maurene Goo, sorti fin juin chez Milan. Malgré ses tons pastels qui laissent augurer un bon roman feel good à lire au soleil, elle a déclenché la colère des fans de littérature Young Adult, étonné·es de voir l’identité de l’héroïne du livre, présentée comme étant d’origine coréenne, complètement effacée.

Après 24 épisodes pour lui plaire sorti en mai 2019, …

Lire la suite sur Slate. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *